add share buttons

AFFAIRE KHALIFA SALL : Le doyen des juges brise le devoir de réserve

Il ne parle pas trop souvent, presque jamais, en raison du devoir de réserve qui pèse sur les fonctionnaires judiciaires. Doyen des juges d’instruction de Dakar, Samba Sall est le juge qui a traité le dossier Khalifa Sall et ses partisans. C’est lui qui les a inculpés et renvoyés en jugement. Le traitement de cette affaire dite signalée lui a valu une salve de critiques de la défense et de certains observateurs qui l’accuse d’avoir accéléré l’instruction du dossier, pour écarter l’ancien maire de Dakar de la course à l’élection présidentielle du 24 février à laquelle il n’a d’ailleurs pas pris part. Jusque-là silencieux, le doyen des juges est sorti de sa réserve hier, à la journée de réflexion de l’Union des magistrats sénégalais (Ums) à Dakar sur le thème : «détentions provisoires et peines alternatives à l’incarcération». «Il n’y avait pas d’actes extérieurs à faire. Or, ce sont les actes extérieurs comme les expertises, les informations des parties qui retardent les dossiers», a répliqué Samba Sall qui animait le sou-thème  «Les prérogatives de l’avocat dans la phase d’instruction». Assailli par les interpellations diverses des avocats lors du débat général, il revient à la charge en précisant que «dans certains cas, les mandats d’arrêt ne sont pas souvent exécutés. Les délégations judiciaires ne dépendant pas aussi du juge d’instruction».

WalfQuotidien

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée.